Le Drapeau rouge

Paul Brousse
Auteur des paroles du Drapeau rouge, en 1877, Paul Brousse n’avait sans doute pas oublié le sinistre discours de Lamartine qui, au lendemain des journées de juin 1848 déclarait  : «  Le drapeau rouge n’a fait que le tour du Champ de Mars, traîné dans le sang du peuple  !  » Ce médecin, militant anarchiste, proche de Bakounine, avant la Commune, s’exile ensuite en Suisse. Après l’amnistie, il se lie avec les socialistes réformistes, devenant l’un des créateurs du «  Parti possibiliste  », pour qui le changement social peut se produire sans révolution.

Le Drapeau rouge

Les révoltés du Moyen Age
L’ont arboré sur maints beffrois.
Emblème éclatant du courage,
Toujours il fit pâlir les rois.

Refrain
Le voilà, le voilà, regardez  !
Il flotte et fièrement il bouge,
Ses longs plis au combat préparés,
Osez, osez le défier,
Notre superbe drapeau rouge,
Rouge du sang de l’ouvrier. (bis)

Il apparut dans le désordre
Parmi les cadavres épars
Contre nous, le parti de l’Ordre
Le brandissait au Champ de Mars

Refrain

Mais planté sur les barricades
Par les héros de Février,
Il devint pour les camarades,
Le drapeau du peuple ouvrier.

Refrain                                                                                                                                          

Quand la deuxième République  
Condamna ses fils à la faim 
Il fut de la lutte tragique
Le drapeau rouge de juin

Refrain

Sous la Commune il flotte encore
A la tête des bataillons.
Et chaque barricade arbore
Ses longs plis taillés en haillons.

Refrain

Noble étendard du prolétaire,
Des opprimés soit l’éclaireur  :
À tous les peuples de la terre
Porte la Paix et le Bonheur.

Refrain